[La Photo de la Semaine] L’art au secours du corail

[La Photo de la Semaine] L’art au secours du corail

C’est une des premières victimes de la pollution et du réchauffement climatique : le récif coralien. Mais on peut encore lui venir en aide. C’est même la mission que s’est fixé un artiste britannique : Jason deCaires Taylor.

Un intérêt double

Grâce à ses sculptures de ciment placées sous l’eau, il fournit un nouveau lieu de vie à des organismes fragiles telles que les étoiles de mer, les éponges et les tuniciers pour qui les fonds marins sont trop mous et sableux. Ses statues étant fabriquées à partir d’un ciment au pH neutre, elles ne nuisent absolument pas à la vie aquatique mais encouragent au contraire sa colonisation.

De plus, l’intérêt de ne se limite pas à cela. En créant le premier musée immergé au monde à Molinere Bay, dans les petites Antilles, Jason deCaires Taylor éloigne aussi les touristes trop curieux des zones les plus menacées. Autrement dit, il contribue à réduire la pression humaine sur les récifs coralliens naturels et fragiles. Un bénéfice grandissant à mesure que ses expositions se diffusent dans le monde : de Cancun au Mexique aux Îles Gili en Indonésie en passant par Cannes, plus récemment en 2018. Des musées éphémères qui finiront par disparaître alors qu’ils se transforment en éco-système.

Un futur témoignage du passé ?

« J’aime la beauté de ce qui se transforme, fane et se délabre… Les éponges ou les madrépores qui se fixent sur mes statues leur font comme un réseau sanguin, des cheveux, une chair, leur insufflent une vie qu’elles n’auraient jamais eue ailleurs. Tant mieux s’ils finissent par tout recouvrir ! » racontait-il sur Telerama en 2015.

Avec ses sculptures, Jason deCaires Taylor nous offre un spectacle presque irréel. Comme s’il s’agissait-là de lointains vestiges du passé que la Nature se serait réappropriée. Une sensation qui contraste avec la banalité de certaines scènes de la vie quotidienne que l’ « éco-sculpteur » représente parfois. Sans négliger non plus un regard critique sur la société actuelle et ses banquiers faisant l’autruche, la tête dans le sable. Une façon peut-être de laisser une trace durable de notre civilisation aux générations futures qui découvriront à leur tour ces musées.

Plus d’infos sur l’artiste :
https://www.underwatersculpture.com/

Article suivant :
Article précédent :
Cet article a été écrit par

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *