Face au Black Friday : ils disent STOP !

Face au Black Friday : ils disent STOP !

Il augmente le temps passé face aux écrans et génère de la pollution. Devant la surabondance d’offres commerciales, certains disent STOP et proposent une contre-manifestation : le Green Friday.

C’est le réseau Envie, une fédération de 50 entreprises solidaires, qui a lancé le mouvement l’année dernière. Lutter contre la surconsommation et le gaspillage, c’est la raison d’être de ce réseau qui remet en état et revend des équipements électroménagers. Un tiers des déchets électriques et électroniques français ont ainsi été collectés depuis la création en 1984, selon les chiffres d’Envie. Et avec 107 000 appareils rénovés, ce sont environ 5 000 tonnes de déchets qui ont été évités.

La frénésie du Black Friday et la consommation compulsive associée : tout cela ne rentre pas vraiment dans les valeurs du réseau Envie qui décide, à contre pied, de lancer le mouvement du Green Friday en 2017. Le concept :  ne proposer aucune promotion le jour du Black Friday mais aussi reverser une partie du produit de leurs ventes à des associations engagées pour une consommation responsable. Certains acteurs trouvent aussi d’autres moyens d’agir comme camif.fr (vente de mobilier en ligne) qui fermera son site le jour du Black Friday.

Soutenu par la mairie de Paris pour sa deuxième édition et rejoint par Emmaüs ainsi que des acteurs clés du tourisme durable, le Green Friday compte cette année près d’une centaine de participants que vous pouvez découvrir ici : Le Green Friday C’est Qui ?

Dans un entretien à Libération (article complet ici), la présidente du mouvement rappelle qu’ « On est dans un modèle d’économie linéaire : on produit, on consomme, on jette. Notre action, c’est de prouver au quotidien qu’il est possible d’aller vers un modèle d’économie circulaire, un modèle respectueux du social et de l’environnement. Ce modèle n’est pas dominant, pas forcément généralisable, il ne s’agit pas de dire que tout le monde doit le suivre, mais simplement que chacun peut faire mieux, à son échelle ».

Article suivant :
Article précédent :
Cet article a été écrit par

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *