Bientôt un plastique naturel et biodégradable ?

Bientôt un plastique naturel et biodégradable ?

Imaginer un bioplastique durable, biodégradable et naturel pour l’emballage de produits alimentaires secs comme les pâtes et les biscuits. C’est le postulat de la designeuse chilienne Margarita Talep pour son projet Desintegra.me.

© Margarita Talep

En partant des algues, et plus précisément de l’agar-agar, elle a réussi à réaliser un prototype de bioplastique capable de se décomposer de manière autonome. Une solution mise au point dans le but de remplacer la majeure partie des plastiques polluants et non-recyclables présents dans les rayons des grandes surfaces. Le matériel en question est produit en chauffant un mélange à base d’eau et d’agar-agar à une température de 80 degrés. Si le résultat naturel est transparent, une couleur peut aussi être obtenue par l’ajout de substances naturelles extraites des épluchures de des fruits ou légumes. Le tout est ensuite versé sur un moulage à température ambiante. Une fois sec, il prend l’apparence d’un paquet en plastique.

© Margarita Talep

Rigidité, flexibilité et épaisseur peuvent évidemment variés en phase de préparation. Cela passe par l’ajout de plus ou moins d’algues ou selon le moule utilisé. Son utilisation pourrait donc s’étendre à des accessoires. Les emballages réalisés par Margarita Talep se décomposent naturellement en quelques semaines seulement. Deux mois par des températures estivales et trois mois l’hiver pour être précis.

Les innovations « ne suffisent pas »

Ce projet est encore au stade d’étude mais il rejoint d’autres expériences tentées à travers le monde. Elles s’appuient toujours sur les algues comme principale alternative au plastique dit traditionnel. On peut ainsi citer la célèbre capsule d’eau Ooho qui peut être bue, ou plutôt complètement engloutie sans qu’une bouteille soit nécessaire.

Des solutions peut-être révolutionnaires pour l’avenir du zéro déchet même si « juste créer des nouveaux matériaux ne suffit pas, rappelle Margarita Talep au site Dezeen.com. Ces différentes solutions aux plus gros problèmes environnementaux doivent aller de paire avec d’autres actions. Les États devraient mettre en place des mesures pour réduire la quantité de déchets plastique produite, en encourageant plus de projets basés sur l’économie circulaire et en enfermant le plastique dans un cycle qui lui évite de finir dans les décharges ou l’océan ».

Agar-agar : kézako ?

Utilisé comme ingrédient depuis des siècles au Japon, l’agar-agar est un composé naturel extrait de certaines algues marines. Les Végétariens le connaissent alors qu’il remplace souvent la gélatine  d’origine animale. Il est également célèbre pour les très petites quantités de vitamines et de minéraux essentiels qu’il fournit parmi lesquels le calcium, le fer, le zinc, le potassium, le magnésium et le folate. Ces dernières années, son usage s’étend à la microbiologie pour l’étude de projets comme celui-ci.

Article suivant :
Article précédent :
Cet article a été écrit par

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *